top of page
  • Trico

Alarme sur la Mortalité des Sans-Abri en France


Le Collectif Les Morts de la Rue (CMDR) dévoile son 11e rapport intitulé "Dénombrer & Décrire" (D&D), mettant en lumière la tragédie persistante de la mortalité massive et précoce des personnes sans domicile fixe en France. Le rapport, publié le 27 octobre 2023, s'attarde particulièrement sur la mortalité selon le genre et examine la situation à Paris, en collaboration avec le programme "Pas de Santé Sans Toit" de Médecins du Monde.


Des Décennies de Souffrance


Depuis les années 1990, les programmes "Pas de Santé Sans Toit" de Médecins du Monde et le CMDR tirent la sonnette d'alarme sur les conséquences dévastatrices de l'errance sur la santé et la mortalité des sans-abris. Depuis le premier rapport D&D en 2003, au moins 6 132 personnes "sans chez soi" ont perdu la vie en France.


Une Année 2022 Meurtrière


Les résultats du 11e rapport D&D confirment une année 2022 aussi tragique que les précédentes. Avec un minimum de 710 décès signalés, dont 624 personnes sans domicile fixe, 80 anciennement sans-abri et 6 récemment à la rue, l'année 2022 s'avère être l'une des plus meurtrières selon le CMDR.


Espérance de Vie Tragiquement Basse


L'espérance de vie des personnes sans chez soi reste alarmante, avec seulement 49 ans en moyenne, un écart de plus de 30 ans par rapport à la population générale. Les hommes sans domicile fixe décèdent en moyenne à l'âge de 49 ans, après un parcours moyen de 11 ans dans la rue.


Causes et Lieux de Décès


Les décès survenus majoritairement chez les hommes (87%) sont liés à des causes variées, comprenant des morts violentes (20%), des maladies (14%), et un pourcentage important de décès dont la cause reste indéterminée (54%). Les lieux de décès comprennent la voie publique (41%), les établissements de soins (29%), et les hébergements (17%).


Lien entre Logement, Santé, et Mortalité


Le rapport souligne le lien intrinsèque entre l'absence de logement, la détérioration de la santé mentale et physique, et la mortalité précoce. L'accès à un hébergement stable est estimé pour apporter 10 années d'espérance de vie supplémentaires, soulignant l'importance cruciale du logement dans la lutte contre la mortalité des sans-abris.


Un Cri d'Alarme dans un Contexte Croissant


L'inquiétude monte alors que le nombre de personnes en errance ne cesse d'augmenter, atteignant plus de 330 000 en 2022 selon la Fondation Abbé Pierre, soit le double d'il y a dix ans. Les femmes, les familles et les mineurs sont de plus en plus touchés par la précarité.


Les Risques liés aux JO 2024


Le CMDR et Médecins du Monde mettent également en garde contre les risques supplémentaires liés à l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 de Paris. Les événements sportifs de cette envergure peuvent entraîner une invisibilisation accrue des personnes en situation de précarité, aggravant ainsi leur santé mentale et physique.


Une Urgence Sociale Non Résolue


La publication de ce rapport résonne comme un appel à l'action, soulignant l'urgence de traiter la crise persistante des sans-abris en France. Alors que les situations de précarité se multiplient, le lien entre logement, santé et mortalité demeure au cœur des préoccupations du CMDR et de Médecins du Monde. Plus de deux décennies après la promulgation de la loi de lutte contre les exclusions en 1998, les organisations dénoncent un écart entre les ambitions initiales de la loi et la réalité actuelle, mettant en lumière les défis structurels auxquels la société est confrontée.



17 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page